Il faut sauver Jamendo

Jamendo est en crise ! Mauvais délire pour Laurent Kratz le PDG qui a construit la communauté en ligne de distribution légale de musique en Creative Commons : le service de musique en ligne n’a pas réussi à trouver une seconde perfusio d’un investissement d’environ 1,5 millions d’euros. Il n’y a donc aucun accord pour l’instantn avec Mangrove Capital Partners, qui en 2007 avait soutenu Jamendo avec un premier investissement engagé.

Laurent Kratz à l’époque ne put retenir son enthousiasme, surtout pour un modèle économique basé sur la distribution gratuite de musique à l’utilisateur final et un nombre toujours croissant de partenariats et d’accords de licence. Or, ces partenariats semblent voués à l’échec, remettant en cause le mécanisme de monétisation de musique publiée en Creative Commons.

Pour certains, la mauvaise passe de Jamendo est liée à sa stratégie initiale, étant situé dans un secteur difficile, la diffusion de musique gratuite. Depuis sa création – en 2000 – Jamendo a réussi à répertorier environ 200 000 chansons, mais pas d’artistes de premier plan, semblant trop en deça des attentes du grand public. Kratz était optimiste pourtant.

Nous, la communauté Jamendo (musiciens et auditeurs), nous voulons que Jamendo continue d’exister en tant que ressource importante pour que puisse continuer le partage de musique sur le web. Nous aimons ce site et nous espérons qu’une solution puisse être trouvée pour la survie de Jamendo.

En plus j’avais zappé, mais Jamendo a utilisé la pochette du Best of des Juanitos pour annoncer son appli Iphone et Ipod Touch !

Merci encore à Jamendo !

Psychédélique Night à Paris : super reportage trouvé sur l’INA


J’ai bien bloqué devant ce reportage trouvé sur le site de l’INA :

retrouver ce média sur www.ina.fr

Présentation d’un nouveau bar “psychédélique”/ Johnny HALLYDAY et Sylvie VARTAN arrivent habillés en Bonnie et Clyde/ concert de Johnny dans le bar (sur musique classique;ensemble choral ) – Plusieurs plans du décor d’un nouveau cabaret parisien : appareils électroniques, tubulures, écran de télévision, lampe, motifs géométriques – Plusieurs plans du bar et des tables de cabaret ultra modernes installées dans ce décor avec effets de lumière sur les tablesTITRE : “PSYCHEDELIC – NIGHT”

Divers plans des effets de lumière dans la salle : éclairs, lueurs intermittentes éclairant le décor ainsi que deux jeunes gens faisant une exhibition de danseTITRE : “PSYCHEDELIC – NIGHT” – Plusieurs GP de Johnny HALLYDAY et Sylvie VARTAN arrivent habillés en Bonnie et Clyde à la soirée d’inauguration, Johnny coiffé d’un chapeau de feutre mou ,style années trente,et entouré de photographes et de fans – GP du visage d’une jeune fille, l’air langoureux – Plusieurs plans de filles et garçons assistant à la soirée : jeune fille buvant, l’air halluciné, jeunes gens coiffés de chapeaux de feutre mou – GP d’une fille – VG de nombreux jeunes, entassés dans la salle – Photographie de Johnny HALLYDAY – Plusieurs GP de Johnny HALLYDAY chantant, micro en mains, feutre sur la tête, accompagné par son orchestre dont les musiciens sont tous coiffés de chapeaux de feutre – GP de Johnny HALLYDAY chantant, sans chapeau et le visage ruisselant de sueur.

En bonus, voici 2 autres vidéos sur le même thème :

retrouver ce média sur www.ina.fr

retrouver ce média sur www.ina.fr

retrouver ce média sur www.ina.fr

Serge Gainsbourg, une vie héroique ou une vie de merde ?

La sortie du film “Serge Gainsbourg, Vie Héroique”, fait des émules et inspire d’autres artistes… Je me suis bien marré en lisant dans un article découvert sur le super blog Gonzai, une vie héroique… de merde, qui j’imagine, aurait certainement plu au grand Lulu ! J’ai repris le texte affiché sur la BD de TerreurGraphique, racontant la vraie histoire de merde de Gainsbourg-barre.

1/ A sa naissance, le jeune Gainsbourg était si laid que sa mère préféra mourir en couche plutôt que d’avoir à l’élever.

2/ A l’école, son apparence difficile lui valut des surnoms comme “face de cul” ou “quasimodo” de la part de ses camarades qui n’hésitaient pas à le caillasser lorsqu’il s’approchait un peu trop, la légende veut que les nazi eux mêmes refusèrent de le rafler de peur que sa mocheté importune les autres déportés

3/ Il se destina alors à une carrière musicale dans l’espoir de serrer un max de gonzesses mais il était tellemetn nul que les spectateurs lui crachaient à sa sâle gueule

4/ Après de trop nombreux rateaux, Gainsbourg décida d’aller aux putes. Mais ces dernières se foutèrent grave de sa tronche quand elles s’aperçurent qu’il était affublé d’un micro-pénis (en plus d’être moche)

5/ Un jour alors qu’il se pignole, regardant une émission des Carpentiers, Serge eut une révalation qui allait changer sa vie pourrie

6/ Il devait assumer son coté obscur de la force et faire ressortir le Mister Hyde qui était en lui, en clair, piccoler comme un porc, fumer des clopes, dire des gros mots comme “salope”, et porter des chemises en “jeans” qui seront plus tard interdites par la Convention de Genève. Il était devenu Gainsbarre.

7/ Enfin les gens l’aimaient, il était connu comme le loup blanc dans tous les PMU de France et de Navarre enchaînant les 102 et autres picons bière, poussant la chansonette devant un public 12°5 attentif, tant que les verres sont pleins

gainsbourg-vie-heroique-de-merde

8/ Et puis un jour Serge a cassé sa pipe, étouffé par son vomi. Les pompiers notifieront dans leur rapport qu’une tour eiffeil était enfoncée dans son fondement… Mais ça la légende ne le dit pas.

Stephane Routin is the King of Snowboard Freeride, la preuve le samedi 30 janvier aux Karélys !

Un p’tit billet pour soutenir le jubilé de Stephane Routin, ex-champion de France de saut à obstacle en Poney, qui a illuminé une célèbre crémaillère à Vimines…

stephane-routin-experience

Voici le communiqué de Vans :

“Vans presents The Fils Routin Experience”.

Stéphane Routin est sans doute le rider le plus drôle de tous les temps, et pourtant ceci n’est pas une blague. Vans est fière de s’associer à un rider qui a connu l’explosion du snowboard au début des années 90 et qui est à ce jour, toujours solide sur sa board. L’enjeu de cette “Experience” est de rassembler les riders et photographes des différentes générations que “Fils Routin” a côtoyé au cours de ces 15 dernières années. Ça se passera les 30 et 31 janvier dans la station des Karellis en Maurienne. Les Karellis, véritable petite perle de Maurienne offre un gros potentiel de ride et correspond parfaitement à notre vision de la montagne.
Le programme est gardé secret, tout ce que nous pouvons vous dire c’est qu’il y aura du SNOWBOARD sous toutes ses formes !!!
Les 20 riders et 10 photographes invités survivront-ils à l’expérience ?

Merci à Wise Ride, Bruno et les Karellis pour l’organisation

Rdv les 30 et 31 janvier aux Karellis
www.vans.com
www.karellis.com

Pour ceux qui ne connaissent pas la Star :